Quelle place pour le numérique dans l’apprentissage des langues ?

Depuis quelques années, plusieurs start-up surfent sur la vague de l’apprentissage des langues avec le numérique. Les parents, soucieux de voir leurs enfants parler plusieurs langues, l’anglais en particulier, leur proposent des dessins animés en version originale ou des applications ludiques pour apprendre la langue de Shakespeare. Quant aux enseignants, si certains ont encore des réserves à l’égard des nouvelles technologies, d’autres – et ils sont de plus en plus nombreux – s’appuient sur ces applications pour enrichir leurs cours. Quels outils numériques les enseignants utilisent-ils pour l’apprentissage des langues ? Quels sont leurs atouts et ont-ils des limites ?

Let’s read our article on the subject !

 

Classe inversée, travail en autonomie des élèves… quels outils pour enseigner l’anglais ?

Les enseignants en anglais (ou toutes autres langues vivantes) utilisent de plus en plus le numérique. Par exemple, les professeurs qui fonctionnent en classe inversée[1] demandent à leurs élèves de regarder des capsules vidéo en anglais avant les cours. Elles permettent de toucher différents canaux sensoriels et notamment d’utiliser un sens fondamental dans l’apprentissage d’une langue : l’ouïe !

Les professeurs de langues utilisent aussi des logiciels permettant de créer des quiz ou des QCM. Certains dessinent des nuages de mots avec, cette fois encore, des logiciels spécifiques. D’autres projettent un épisode d’une série à la mode, en version originale. Par exemple, une heure de cours avec les Simpson, Riverdale ou encore la série La Casa de papel (pour l’espagnol) a beaucoup de succès !

En classe renversée[1], ce sont les élèves qui font le cours, ou tout au moins, en classe de langues, une présentation orale. À l’aide de logiciels (parfois en anglais eux-mêmes), les élèves présentent un sujet sous la forme d’un diaporama ou d’une vidéo sur lesquels ils ont enregistré leur propre voix en anglais. Cet exercice a deux intérêts supplémentaires : il permet d’enseigner les TICE et d’aider d’emblée ceux qui sont trop timides pour prendre la parole en anglais devant un public. Quand on s’enregistre, on peut s’écouter, se corriger, recommencer…

Quand les enseignants le peuvent, dans le cadre d’un échange avec une école d’un pays anglophone, ils proposent à leurs élèves des discussions en visioconférence dans la salle informatique.

Enfin, sur les sites Universalis Ecole pour l’élémentaire et Universalis Junior dédié aux collégiens, de nombreux articles sont proposés en français et en anglais. Les sites proposent également un dictionnaire bilingue anglais-français, accessible en double cliquant sur n’importe quel mot, et une fonctionnalité pour écouter les différents contenus. Les enseignants peuvent donc proposer très facilement la lecture et l’écoute d’un sujet d’actualité ou d’un sujet de cours. Il peut être très intéressant également de travailler en pluridisciplinarité en faisant découvrir en anglais aux élèves des sujets d’histoire-géographie, de technologie ou même de SVT qu’ils viennent d’aborder !

Quels atouts et quelles limites pour le numérique dans l’apprentissage des langues ?

Faire un cours tout numérique serait aussi monotone que de faire un cours classique. Beaucoup d’enseignants insistent sur la nécessité de varier les pédagogies. Regarder un film en version originale, par exemple, est une activité complémentaire intéressante, mais ne suffit cependant pas pour apprendre une langue. Nombre d’adolescents améliorent leur compréhension orale grâce à des séries, films ou vidéos… sans être capables de mener une conversation. En effet, les choses se compliquent lorsqu’il s’agit de s’exprimer en anglais !

De la même manière, apprendre une langue grâce à un cours vidéo ou à un MOOC, même suivis d’un quiz ou d’un QCM, peut être difficile. La présence d’un enseignant est importante dans toutes les matières, y compris dans l’apprentissage d’une langue. C’est la raison pour laquelle plusieurs académies en ligne, des entreprises d’e-learning et d’autres applications sont en train de revoir la pédagogie de leur outil numérique. Plutôt que de regarder de simples vidéos, les élèves interagissent désormais avec des enseignants. La technologie met à notre disposition des outils exceptionnels, très plaisants pour apprendre… mais qui ne remplacent pas l’enseignant. Une langue doit être parlée et son intérêt principal est de permettre de communiquer… avec les autres !

[1] Voir notre article sur le sujet : http://www.encyclopaedia-universalis.fr/universalis-et-le-education/innovation-pedagogique-et-ressources-numeriques/

Source :

Partager sur