Philippe, chargé de la production graphique

Quel est le rôle des médias chez Universalis ?

La production de médias chez Universalis consiste à illustrer les articles que nous publions. Elle permet d’aborder des sujets sous un angle varié et facilite leur compréhension. Il faut donc trouver ou créer LE document qui permette d’éclairer le sujet à merveille. Il existe une grande complémentarité entre les textes et les médias.

En tant que chargé des productions graphiques, je m’occupe de produire ou de trouver les « médias d’Universalis » : essentiellement des photographies, des vidéos et des dessins (cartes, tableaux, diaporamas, graphiques…).

Comment fonctionne la production graphique chez Universalis ?

La majeure partie des productions graphiques est initiée par les éditeurs, qui font des demandes d’illustration précises lorsqu’ils éditent un article. Je dois alors bien cerner la demande, ne pas hésiter à la reformuler ni à échanger plusieurs fois avec les éditeurs : c’est tout un travail de communication !

On peut regrouper en deux grands types la production graphique chez Universalis : la recherche iconographique et la création de médias. Pour les demandes de photographies ou de vidéos, je collabore avec des iconographes qui recherchent et trouvent pour nous des documents pertinents. Pour les créations de médias, je lis l’article, cherche des mots clés et me documente sur la façon dont le sujet est déjà traité : mes objectifs sont l’originalité et la lisibilité, puisque le document doit véhiculer l’idée le plus rapidement possible. Illustrer un sujet par des documents de haute qualité est une des valeurs chères à Universalis. Une fois les médias conçus, je supervise leur création auprès d’illustrateurs.

C’est toujours l’éditeur qui valide le document, en rédige le titre et la légende avant que je l’intègre dans l’article.

[Sujet d’actu] Le respect de la propriété intellectuelle, est-ce compliqué à gérer ?

Universalis propose une grande variété de médias dans le respect du droit d’auteur. Les achats des droits sont très coûteux, c’est pourquoi je dois mener des négociations importantes auprès des agences photographiques, des banques d’images ou des photographes avec qui je travaille pour parvenir à des accords équilibrés. Ces négociations doivent prendre en compte tous les supports : la reproduction et la diffusion sur supports numériques (sites Web, réseaux sociaux, clé USB…) et papier.

La question de la propriété intellectuelle, notamment pour les images, est de nos jours souvent méconnue par le grand public : en un seul clic sur Internet, on peut récupérer une photographie sans respecter le droit d’auteur et sans contexte. Tous nos documents sont publiés dans le respect de la propriété intellectuelle. Les crédits leur sont systématiquement associés.

Notre plus ? C’est de contextualiser nos médias et de les traiter comme des documents éditoriaux à part entière, notamment avec tout le travail éditorial autour des légendes, de l’indexation et de la classification.

Partager sur