La carte mentale, un outil d’une grande richesse pédagogique

La carte mentale, également appelée « mind mapping » ou « carte heuristique », est un schéma arborescent qui vient rompre avec les hiérarchies linéaires d’un traitement de texte ou d’un cours organisé selon un plan traditionnel.

D’après Tony Buzan, qui aurait inventé cette méthode, et toutes les personnes qui l’utilisent depuis les années 1970, elle suit au plus près le mode de fonctionnement du cerveau. Quelles que soient les fonctions cérébrales sollicitées pour la réaliser, il est évident qu’il s’agit d’une méthode efficace pour mémoriser ou se représenter une notion. Quels en sont les intérêts ? Pour quelle utilisation ? Et avec quels outils ? Universalis s’est penché sur le sujet au travers de cet article.

 

La carte mentale, un schéma arborescent

Allongez-vous sur votre canapé ou dans l’herbe, fermez les yeux et laissez vos pensées vagabonder. Celles-ci vont commencer par scruter le nuage qui se trouve au-dessus de votre tête pour finir, peut-être, par se poser sur le dernier roman que vous avez lu, ou se souvenir de cette machine à laver que vous n’avez pas vidée ! N’avez-vous jamais essayé de rembobiner le fil, pour comprendre comment vous en êtes arrivé là ? Vous auriez alors compris que votre cerveau est passé d’une idée à une autre de la manière la plus logique qui soit. Il n’a pas fait un plan en 3 parties et 3 sous-parties ! Il a dessiné une arborescence. On a longtemps pensé que la carte mentale faisait surtout fonctionner l’hémisphère droit du cerveau, le plus créatif… mais c’était avant l’invention des logiciels ou des cartes mentales proposées sur les sites tels que ceux d’Universalis. Sans feutres et sans dessin, la carte mentale numérique est tout aussi efficace.

En fait, concevoir un tel schéma arborescent en partant d’une idée centrale permet d’offrir une représentation visuelle personnelle de ce que l’on a appris.

La carte mentale développe les capacités d’association, de compréhension, de synthèse, de visualisation. Elle fait fonctionner une mémoire visuelle essentielle, relativement peu travaillée à l’école.

 

Pourquoi utiliser la carte mentale ?

Qu’elle soit réalisée à la main ou par ordinateur, une carte mentale explique un sujet en une seule page à l’aide de mots clés et d’associations d’idées. Elle permet d’en avoir une vision globale. Des choix ont été faits pour définir les axes et organiser les données retenues. Ainsi, la pensée a été mise en forme, et des liens ont été établis entre les idées à retenir. Un tel travail est, en soi, un outil de mémorisation particulièrement efficace.

On peut lire ou utiliser une carte mentale déjà réalisée : c’est ce qui est proposé aux lycéens sur le site Universalis Edu. Des cartes mentales (sur le changement climatique, par exemple) sont disponibles et peuvent être utilisées telles quelles, mais elles peuvent aussi être modifiées. Ces outils originaux surprendront les élèves et susciteront leur curiosité. Parce qu’ils proposent une vision globale d’une notion, d’un sujet, ils seront également utiles aux enseignants.

Par ailleurs, l’enseignant peut demander à ses élèves de créer une carte mentale lors d’un travail collectif. En utilisant un vidéoprojecteur ou un TBI (Tableau Blanc Interactif), il peut utiliser l’outil proposé sur le site Universalis Junior Edu. Le travail de réalisation du mindmap (comme disent les Anglais) est fédérateur : tous les élèves peuvent y participer, expliciter leurs choix, donner leur avis.

L’enseignant peut aussi demander à chaque élève de réaliser sa propre carte mentale, soit à partir du site Universalis Junior Edu, soit sur une feuille, avec des feutres de couleur (voir la méthode proposée ci-dessous). Peu importe l’outil utilisé : la réalisation d’une carte mentale est une approche créative, incitant l’élève à prendre du recul. L’attention qui lui est alors demandée lui permet d’être acteur de ses apprentissages, et ce bien plus que selon la méthode traditionnelle.

En utilisant et en créant des cartes mentales, les élèves s’impliquent davantage et développent leur créativité et en s’appropriant un sujet, ce qui contribue au processus de mémorisation.

À noter, par ailleurs, que la méthode a fait ses preuves auprès d’élèves moins « scolaires » (dyslexiques, élèves à haut potentiels, etc), voire en difficulté. Elle est aussi un outil traditionnel d’apprentissage dans les pays nordiques. Par exemple, en Finlande, pays classé depuis des années en tête des pays de l’OCDE pour sa réussite scolaire, la carte mentale est utilisée dès le primaire : les petits Finlandais s’en servent pour prendre des notes en cours moyen (CM ; voir le reportage de France 3) !

 

Comment réaliser une carte mentale

Sur les sites Universalis la carte mentale est interactive et disponible pour chaque article.

Sur le site Universalis Edu, à destination des élèves de lycée, les élèves peuvent l’utiliser telle quelle, ou bien la modifier, notamment en ajoutant des branches.

 

 

Sur les sites Universalis Junior Edu à destination des collégiens, elle affiche sous forme de diagramme les articles en relation avec la recherche en cours. Chaque carte mentale est personnalisable grâce à l’outil édition. Les collégiens ont ainsi la possibilité de créer, modifier, enregistrer et partager leur carte mentale afin de structurer leur recherche documentaire.

 

 

À la main

Pour réaliser une carte mentale à la main, il faut :

  • une feuille A4 ou A3 positionnée en format « paysage » ;
  • des feutres de toutes les couleurs, à pointes fines et moyennes, car le dessin et les couleurs sont très importants.

Pour savoir comment la réaliser, vous trouverez ici toute la méthodologie et quelques jolis exemples réalisés par une élève de Tony Buzan. http://blog.stabilo.fr/mind-mapping-connaissez-non/

Quelles utilisations possibles en classe ?

On peut utiliser la carte mentale dès l’école maternelle (fiche de lecture, activité de langage, recette de cuisine) en la réalisant avec les élèves. À l’école primaire, les exploitations de la carte mentale sont presque infinies : conjugaison, règles d’orthographe, poésie, histoire, géographie, grammaire, sciences, etc. On peut tout dessiner sous la forme d’une carte mentale, surtout quand il s’agit d’apprendre, de mémoriser, de synthétiser, d’expliquer. À partir du cours moyen (CM), les élèves peuvent la réaliser tout seuls si vous leur avez bien expliqué la « recette ».

Au collège et au lycée, place à la carte mentale pour les sciences et sciences humaines ! Avec leurs feutres, les élèves pourront prendre des notes, synthétiser le cours, faire des plans de dissertation, et même organiser leurs révisions. Mais surtout, avec l’outil d’Universalis, la recherche documentaire, la synthèse et la mémorisation sont enfin réunies. Essayer cette méthode de travail… c’est l’adopter !

 

Partager sur

, , , ,