Carole, gestionnaire des métadonnées

Les métadonnées ? Cela sert à quoi ?

Derrière ce terme un peu compliqué se cache une réalité très simple : une métadonnée est une donnée  décrivant une autre donnée ! Elle donne de l’information sur un document en le décrivant, le rendant ainsi identifiable. Par exemple, le titre d’un article, le nom de son auteur ou encore le domaine de connaissance auquel il appartient.

Les métadonnées que nous attribuons à l’ensemble de nos articles permettent de créer des liens sémantiques pertinents entre eux et d’optimiser les listes de résultats proposées à l’utilisateur lorsqu’il effectue des recherches sur nos sites.

Travailler les métadonnées, comment ça se passe concrètement ?

Chez Universalis, la gestion des métadonnées est liée à deux activités documentaires indissociables : l’indexation et la classification réalisées avant la mise en ligne de chaque article. Pour ce faire, il faut lire attentivement chaque document, l’analyser et extraire, grâce à des mots clés (ou descripteurs), les idées phares développées. Je joue ainsi le rôle d’un filtre, qui accueille de la matière brute (l’article) pour ne laisser passer que les données pertinentes. Grâce à ces métadonnées, l’utilisateur peut facilement trouver les articles de nos sites qui répondent à sa demande, soit en interrogeant le moteur de recherche, soit en effectuant une recherche thématique et apprécier la richesse des informations d’Universalis.

La qualité de notre indexation est une spécificité d’Universalis, forte d’une expertise de cinquante ans, qui alimente aujourd’hui un moteur de recherche ultra performant. L’association de cette indexation humaine et des technologies développées par le service technique est une autre des valeurs ajoutées d’Universalis, là où beaucoup de sites Internet ne font qu’une indexation automatique de leurs contenus.

Quelles sont les qualités nécessaires pour votre métier ?

La gestion des métadonnées requiert bien sûr beaucoup de rigueur, de précision et de concentration, mais elle demande également d’avoir une bonne culture générale et un esprit toujours curieux ! En effet, lorsque j’indexe un article dans un domaine dans lequel j’ai moins de connaissances, je dois effectuer des recherches transversales dans le fonds documentaire et sur Internet, en faisant bien attention de sélectionner des sites référents, afin que mon analyse documentaire soit sans faille ! Ma fonction me permet, à ma plus grande joie, d’être en formation permanente.

Partager sur